Archéologie, définition et explications


L’archéologie est une science humaine : elle étudie l’homme et plus particulièrement, les traces laissées par l’homme dans le passé. Comme toute science, l’archéologie utilise des méthodes scientifiques. Elle fait des expériences, les fouilles archéologiques, pour récolter des informations. Puis elle analyse ces informations pour comprendre comment vivaient nos ancêtres.

Archéologie programmée

L’archéologie programmée a un but purement scientifique, celui de faire progresser nos connaissances sur le mode de vie de nos ancêtres. Les archéologues montent des programmes de recherche scientifique afin de répondre à des questions précises. Ces programmes de recherche sont validés et financés par l’état.

L’archéologie programmée est gérée en majorité par les professeurs d’université et les chercheurs du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). Elle est également ouverte aux archéologues amateurs expérimentés et aux associations d’archéologie. Les fouilles et recherches archéologiques programmées sont financées par des subventions, accordées par l’état et la région.

Le jeu de société coopératif Opération Archéo permet de découvrir l'archéologie en s'amusant

Prospection archéologique

La Prospection archéologique est la première étape de l’archéologie. Elle permet de trouver les sites archéologiques sans les fouiller, sans creuser le sol, et donc sans les abîmer. Il existe plusieurs méthodes de prospection, dont certaines nécessitent une autorisation de l’état. De nombreux bénévoles et associations d’archéologie possèdent cette autorisation et font de la prospection.

Fouille programmée

La Fouille programmée est réalisée par les archéologues sur un site qui n’est pas menacé de destruction. Elle a pour objectif de récolter des informations afin de faire progresser notre connaissance du passé. On peut comparer la fouille à une expérience scientifique qui sert à enregistrer des informations. Ces informations sont analysées par les archéologues et expliquées dans un rapport de fouille.

Pour récolter des informations, les archéologues fouillent les couches et les vestiges archéologiques. Une fois fouillée, la couche archéologique est vidée de son contenu et elle disparaît. Une information ratée par un archéologue est perdue à jamais. Pour cette raison, la fouille programmée est très minutieuse et dure s’étale sur plusieurs années.

Lors d’une fouille programmée, les fouilleurs sont bénévoles. Les étudiants et amateurs peuvent ainsi découvrir l’archéologie de terrain. Une fouille programmée ne coûte pas très cher. Elle est financée par de l’argent public, sous la forme de subventions accordées par l’État pour la recherche archéologique.

Pour en savoir plus sur l’archéologie programmée, voir le site du Ministère de la Culture.

Archéologie préventive


Mélanie, technicienne en archéologie préventive

L’archéologie préventive permet de fouiller les sites archéologiques avant qu’ils ne soient détruits par des travaux de construction. Elle ne protège pas les sites de la destruction, mais elle permet d’en garder la mémoire. Elle est encadrée par le “code du patrimoine”, des lois qui la rendent obligatoire et qui permettent de financer le travail des archéologues. En archéologie préventive, les archéologues sont professionnels, ils sont payés pour leur travail. La France est l’un des pays les plus protecteurs de son patrimoine archéologique.

Diagnostic archéologique

Lorsqu’un projet de construction est prévu sur un terrain, L’État peut demander un diagnostic archéologique, un rapport d’expertise qui permet de vérifier si le terrain contient des sites archéologiques. Le Service Régional de l’Archéologie (SRA) est l’administration qui gère ces diagnostics au nom de l’État. Il reçoit toutes les demandes de permis de construire et il décide si un diagnostic est nécessaire. La réalisation du diagnostic est confiée à un service archéologique de collectivité territoriale (mairie, département…) ou à l’Institut National de Recherches en Archéologie Préventive (INRAP).

Lors du diagnostic, les archéologues utilisent une pelle mécanique pour creuser des tranchées. Ils quadrillent le terrain à l’aide de ces tranchées, afin de repérer les vestiges archéologiques qui pourraient être présents. Ils sondent avec ces tranchées environ 10% de la surface du terrain.

Fouille préventive

La fouille préventive fonctionne selon le principe du casseur-payeur : l’aménageur dont le projet de construction va détruire un site archéologique, est obligé de financer la fouille. Lorsque l’aménageur est un particulier (quelqu’un qui veut construire une maison, par exemple), c’est l’État qui paye à sa place. Ces lois permettent de financer les fouilles, qui sont réalisées par des archéologues professionnels.

Pour avoir le droit de faire une fouille préventive, il faut une autorisation de L’État, appelée “agrément en archéologie préventive”. L’INRAP (Institut National de Recherches en Archéologie Préventive), de nombreuses collectivités territoriales (mairies, départements…), plusieurs entreprises privées et quelques associations possèdent cet agrément.

Méthodes de l’archéologie

Les sites archéologiques se conservent parce que le temps les enfouit sous plusieurs couches de terre plus récentes, qui peuvent mesurer entre 10 cm et plusieurs mètres d’épaisseur. La première étape de la fouille archéologique s’appelle le décapage mécanique ; elle consiste à utiliser une pelle mécanique pour retirer ces couches indésirables.

Les traces fouillées par l’archéologue sont appelées des Unités Stratigraphiques, ou US. Chaque trou, chaque mur, chaque couche de terre est une US. Pour les différencier, l’archéologue leur donne un numéro, le numéro d’US. Chaque US est photographiée, dessinée et décrite dans une Fiche d’US. L’archéologue enregistre un maximum d’informations lors de la fouille, car fouiller une US la fait disparaître à jamais !

La stratigraphie, c’est la manière dont les différentes US se superposent avec le temps. En étudiant la position de ces US, l’archéologue peut les dater les unes par rapport aux autres : l’US du dessous est toujours plus ancienne que l’US du dessus, puisqu’elle s’est déposée en premier. De la même façon, une US qui recoupe une autre US est forcément plus récente. Par exemple, si le creusement d’un fossé recoupe une couche archéologique, alors le fossé est plus récent que la couche concernée.

En savoir plus sur l’Archéologie

Cet article est tiré du Manuel Archéo fourni avec le jeu de société coopératif Opération Archéo. Pour en savoir plus sur l’archéologie, il vous suffit d’acheter le jeu !

Acheter Opération Archéo


Opération Archéo, le jeu de société coopératif sur l'Archéologie